SUL - Sens Uniques Limités. Pour une introduction généralisée, en toute sécurité, des sens uniques limités (ref. 022)

Description

Depuis le 1er janvier 1991, les gestionnaires de la voirie sont autorisés, dans certaines conditions, à instaurer les Sens Uniques Limités (cyclistes circulant à contresens dans les rues à sens unique). Peu de communes ont toutefois mis cette possibilité en pratique, principalement parce qu’elles trouvaient cette mesure trop dangereuse. Là où les SUL ont quand même été instaurés, il est apparu que l’insécurité routière n’avait pas augmenté. Sur les voies avec SUL, l’automobiliste et le cycliste se rencontrent, en effet, de face. La visibilité mutuelle est donc, en principe, optimale et le contact visuel évite automatiquement la “confrontation”. Les problèmes qui se sont présentés à certains carrefours ont généralement pu être résolus grâce à des aménagements d’infrastructure restreints.
Les arrêtés royaux et ministériel du 18 décembre 2002 ont inversé la logique : alors qu’avant, l’instauration du SUL était autorisée, elle est à présent obligatoire dans toutes les rues à sens unique qui répondent aux conditions en la matière. Seules les rues où le gestionnaire de la voirie estime que l’instauration du SUL pourrait représenter un danger peuvent être exclues. Les gestionnaires de la voirie restent donc les responsables de la sécurité sur les routes, mais toute décision de ne pas instaurer le SUL dans certaines rues doit être motivée.
Les adaptations doivent être réalisées pour le 1er juillet 2004, étant entendu que les rues à sens unique où le SUL était considéré, au départ, comme inopportun peuvent encore être aménagées ultérieurement. On peut, pour ce faire, s’inspirer des rues où le SUL a déjà été instauré. La modification dans la réglementation a pour but principal de stimuler les gestionnaires de la voirie à instaurer le SUL à court terme et de manière systématique et cohérente. La procédure d’instauration généralisée du SUL est longue. Elle doit, par ailleurs, se faire de manière réfléchie et responsable, sans hâte ni précipitation. Il y va, en effet, de la sécurité des usagers. Il est, dès lors, urgent que les gestionnaires de la voirie passent à l’action. Cette brochure a pour but de les guider en la matière. En cas de problèmes ou de questions lors de l’instauration du SUL, vous pouvez prendre contact avec l’Institut Belge pour la Sécurité Routière.

Réf. F022

Questions?

Vous avez des questions sur l’un de nos produits ou notre site ?
Contactez-nous.

Par fax : 02/244.15.28